G. Gaudin: Pour une histoire sociale du politique en contexte impérial

Pour une histoire sociale du politique en contexte impérial

Guillaume Gaudin,
Université Toulouse 2 – Jean Jaurès

L’histoire de l’administration et des pratiques politiques des vingt dernières années s’est enrichie et est désormais indissociable de l’histoire sociale : comprendre comment l’administration, les agents du pouvoir, au-delà d’une vision institutionnelle et étatiste, et la société s’articulent, a conduit à repenser les relations politiques d’Ancien Régime. Face à l’image d’un état bureaucratique, les historiens des mondes ibériques et ibéro-américains ont particulièrement insisté sur les liens de fidélité, dans la lignée de Roland Mousnier et la construction de clientèle et l’exercice du patronage. Le champ politique apparaît désormais comme un environnement changeant où les groupes se construisent, se fragmentent à partir des stratégies et des représentations des acteurs.

Une historiographie soucieuse des apports de la sociologie

Les histoires sociale et politique s’accordaient déjà dans les années 1970, avec plusieurs travaux prosopographiques: Jeanine Fayard, Jean-Marc Pélorson, Mark A. Burkholder et Dewitt Samuel Chandler offraient un tableau fort utile mais statique qui n’éclairait pas les dynamiques sociales à l’œuvre[1]. Les monographies urbaines ont ensuite réussi à articuler le social, le politique (et le culturel) pour décrypter la complexité d’un ensemble social[2]. Une histoire politique du social qui implique l’analyse des formes d’association (famille corporations, clans) et les représentations collectives s’est ainsi davantage formalisée dans les années 1990. Les travaux insistent sur les liens, les solidarités, plus que sur les statuts sociaux ou les institutions (dans le sens d’organisation) au moment de définir le politique. Ainsi, d’importants travaux ont vu le jour, incluant souvent les apports de la sociologie[3] (sociologie pragmatique et analyse de réseaux) et prenant rapidement en compte les deux rives de l’Atlantique et continue aujourd’hui d’œuvrer[4]

Les empires ibériques : des laboratoires du social et du politique

En effet, les carrières et les trajectoires se jouent souvent (pas toujours) à l’échelle impériale : cette spécificité rend l’étude des empires espagnols et portugais particulièrement fructueuse, car les contraintes (distance, morcellement, forte hétérogénéité des populations) ont conduit à des solutions nouvelles, prenant très souvent la forme de bricolages.

Ainsi des travaux sur la mobilité et la circulation des agents et des modèles politiques et sociaux se sont particulièrement développés : il s’agit alors de saisir, d’une part, le rôle des divers territoires et, d’autre part, la nature du continuum (ou du hiatus) sociopolitique entre les territoires d’une monarchie morcelée. On s’intéresse au degré d’autonomie, au rôle de la négociation et de la flexibilité, tout comme à l’idéologie des serviteurs de la Couronne et la gestion des carrières. La question de la nomination du personnel politique est désormais comprise dans « l’économie de la grâce » ou la « convention royale » qui constituent des sortes de structures sociopolitiques souples d’Ancien Régime[5]. Des études soulignent le rôle de personnages clés, comme les procuradores ou les visitadores, et paradigmatiques de l’importance des relations sociales dans la construction du pouvoir[6]. Ecclésiastiques, militaires, administrateurs, juges se déplacent suivant les nécessités politiques de la Couronne : un monde de mobilité intégrée dans diverses stratégies à différentes échelles, des deux côtés de l’Atlantique et soumis aux contraintes techniques et humaines liées à la distance[7].

Manila vista desde el mar

Manila en 1851: vista por la playa del mar.

Les magistrats espagnols aux Philippines : une histoire sociale du pouvoir aux confins de l’empire

Le projet de recherche que je conduis actuellement porte sur le groupe des juges de l’audience royale (cour d’appel possédant d’importants pouvoirs de gouvernement) des Philippines entre sa création en 1585 et 1700. Avec ce sujet, je souhaite faire l’histoire politique et sociale du dispositif impérial espagnol en suivant les trajectoires professionnelles, les relations sociales et les expériences de ces agents de la justice et du gouvernement royal. Le concept d’empire permet en effet d’intégrer plusieurs caractéristiques fondamentales correspondant aux réalités historiques de la « modernité » ibérique : des structures évolutives de très grandes dimensions, constituées d’entités politiques, juridiques, religieuses et sociales disparates ainsi que de peuples différents, dans lesquelles les circulations et les contacts de diverses natures sont intenses. L’approche impériale est une alternative à l’histoire nationale des États et pose également la question des frontières intérieures comme extérieures. L’objet empire apparaît ainsi comme un terrain d’étude fertile pour qui s’intéresse à l’impact de la mobilité, des déplacements, des transferts, des contacts, des circulations sur les sociétés[8]. Aussi s’agit-il d’analyser les configurations politiques, sociales et culturelles qui ont permis de maintenir ces vastes ensembles pendant plus de trois siècles. L’empire a-t-il réellement existé comme ensemble politique et humain ou simple agrégation de territoires disparates, sans cohérence ni continuité ? Autrement dit, quels sont la nature et le degré de continuation du tissu social et politique impérial entre les différentes parties de l’empire ? Enfin, quelle est la capacité de projection à longue distance des administrations et du pouvoir impérial et comment se manifeste-t-elle ? Plus spécifiquement pour ma recherche sur les magistrats philippins, je propose de réaliser une étude prosopographique des acteurs, puis une analyse relationnelle de leur environnement social et enfin une approche sensible à la palette des représentations fruit de leur expérience asiatique.

Alors que le poste d’auditeur donnait une position sociopolitique prestigieuse au sein de la société hispanique, le voyage et la vie aux Philippines constituaient une épreuve inédite, qui incluait le plus souvent la famille du magistrat. Les risques inhérents au voyage et à la vie en Asie du Sud-Est faisaient des Philippines une destination repoussoir : en général, l’audience de Manille était un premier poste. Une des premières questions à laquelle il faudra répondre est : pourquoi ces Espagnols diplômés insérés dans un tissu familial et social dans la péninsule Ibérique décident-ils de partir ? Pourquoi s’éloigner de la Cour, du cœur politique de l’empire et du cercle proche de la grâce royale ? Premièrement, ils n’ont peut-être pas le choix (quelques refus d’occuper le poste à Manille le montrent), ce qui démontre la capacité du roi à se faire obéir. Deuxièmement, la carrière de magistrat pour ses diplômés répond sans doute au rêve d’une carrière politique : or il n’y a finalement pas tant de postes si prestigieux que celui d’oidor dans la monarchie. Troisièmement, l’espoir de récompense de la part du roi et la promesse d’une ascension : à l’éloignement géographique correspond un rapprochement politique en occupant une charge de premier plan dans l’organisation de la monarchie. Quatrièmement, la richesse du commerce à Manille n’était ignorée de personne tout comme les moyens d’enrichissement personnel. On le voit il fallait une grande capacité à se projeter dans l’avenir et à calculer en termes de coûts-avantages au moment d’accepter le poste d’oidor à Manille. Entre les raisons du départ et l’expérience de l’arrivée, puis le retour d’expérience après avoir quitté l’archipel (ce qui n’était pas la majorité des cas), il est des écarts qu’il conviendra d’étudier. Je voudrais en effet me pencher sur ce que le sociologue du travail Everett Hughes appelait « the subjective face of the career »[9] : l’expérience et le sens attribués par l’individu à sa carrière et l’articulation entre les étapes de la carrière et les moments spéciaux de la vie. La description des carrières (d’autant plus avec les régimes d’Ancien Régime où la bureaucratie n’existe pas) n’épuise pas l’histoire d’une vie, rappelle le sociologue. Pour l’historien le défi est d’autant plus grand de saisir ce qui ressort plus de l’être humain unique que de la stabilité des sociétés car les « sources de l’intime » sont particulièrement réduites, voire inexistantes. C’est dans la documentation officielle (loin d’une écriture complètement grise, elle livre énormément d’informations sur les représentations) ou dans la biographie (mariage, naissance, mutation) qu’il faut puiser pour reconstituer cette subjectivité.

Manila por tierra

Manila en 1851: vista por tierra.

Par ailleurs, j’ai pour ambition de reconstituer l’entourage social des oidores et ses évolutions avant, pendant et après le passage aux Philippines. Une fois de plus les Philippines présentent des caractéristiques inédites. Compte tenu du régime démographique très précaire, il n’existe pas de familles espagnoles durablement implantées : la population espagnole aux Philippines se compose principalement de militaires, de marchands, de religieux et de fonctionnaires qui une fois fortune faite ou de guerre lasse cherchent à tout prix à quitter l’archipel. Cette situation limite fortement les alliances matrimoniales entre des « créoles » (quasi-inexistants) et des Espagnols péninsulaires, un phénomène pourtant si prégnant en Amérique espagnole. Pourtant, les magistrats semblent acquérir aux Philippines une expérience particulière dans le maniement des institutions coloniales d’Ancien Régime : le clientélisme et la corruption sont omniprésents dans un espace où les richesses abondent avec le galion de Manille (qui relie la Chine à Séville et à l’Europe). Par exemple, Antonio de Morga, fait ses premières armes comme magistrat à Manille fin XVIe début XVIIe siècle, on le retrouve 20 ans après président de l’audience de Quito, omnipotent et richissime (il est, entre autres, à la tête d’un trafic de produits de luxe dans la capitale andine). Quelles relations sociales et politiques les magistrats tissent-ils dans le contexte particulier de Manille ? Qu’y apprennent-ils en termes de compétences sociales et politiques ? Comment et vers où quittent-ils les Philippines quand ils les quittent ? Quel capital social et professionnel ont-ils acquis aux Philippines qu’ils pourront ensuite réinvestir ?

Il s’agit donc d’analyser le profil social et les relations sociales qui unissent les auditeurs de Manille, celles qui les relient à la société locale et aussi en dehors des Philippines, en Amérique et dans la péninsule Ibérique. Il s’agit également d’inclure une approche des représentations avec l’analyse du discours endogène des magistrats sur leurs propres vies, leurs ambitions et leurs déceptions. Il faut aussi tenir compte d’une possible acculturation (phénomène bien connu pour les Espagnols du Mexique) ou tout au moins un dépaysement radical qui a un impact sur les représentations des magistrats. Je souhaite ainsi construire une interprétation de la rencontre coloniale entre des agents du pouvoir et des territoires lointains en réfléchissant à ce que sont les expériences, ce que le corps et l’esprit éprouvent face à la distance, au temps, au dépaysement, aux Autres (Philippins, Chinois, esclaves, mais aussi Portugais, créoles d’Amérique ou Espagnols d’Asie).

En résumé, mon projet n’est pas d’écrire une monographie régionale sur les Philippines coloniales ou sur une institution, mais une histoire sociopolitique à l’échelle impériale qui prend en compte les circulations et la capacité de mobilité des agents de la Couronne, leurs représentations, ainsi que la configuration polycentrique de l’Empire espagnol. Ce projet vise à préciser l’évolution des relations sociales, leur durée, leur persistance ou leur fin tout au long de la vie des magistrats et de leur famille.

Cite este artículo como
Guillaume Gaudin, “Pour une histoire sociale du politique en contexte impérial”, en Sociedad indiana, publicado el 14 de julio de 2015, consultado el (día/mes/año) en
https://socindiana.hypotheses.org/204

……………….

Las imágenes de este ensayo provienen del Diccionario geografico-estadistico-histórico de las islas Filipinas, Madrid, 1851. Reproducidas por cortesía de la University of Texas Libraries.

NOTAS

[1] Janine Fayard, Les membres du conseil de Castille à l’époque moderne: 1621-1746, Genève, Droz, 1979; Jean-Marc Pelorson, Les letrados, juristes castillans sous Philippe III: recherches sur leur place dans la société, la culture et l’État, Poitiers, 1980; Mark A. Burkholder et Samuel Chandler Dewitt, From impotence to authority: the Spanish Crown and the American audiencias, 1687-1808, Columbia: University of Missouri Press, 1977.

[2] Par exemple : Thomas Calvo, Poder, religión y sociedad en la Guadalajara del siglo XVII, México, Centre d’études mexicaines et centraméricaines – H. Ayuntamiento de Guadalajara, 1992.

[3] Bernard Lepetit, « Pour une nouvelle histoire sociale ». Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques. Archives, no 11 (10 octobre 1993). doi:10.4000/ccrh.2775; Simona Cerutti, « Pragmatique et histoire. Ce dont les sociologues sont capables (note critique) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 46, no 6 (1991): 143745 ; Michel Bertrand, Configuraciones y redes de poder : un análisis de las relaciones sociales en América Latina, Caracas: Fondo Editorial Tropykos, 2002.

[4] Robert Descimon, Jean-Frédéric Schaub et Bernard Vincent (dir.), Les figures de l’administrateur: institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, 16e-19e siècle, Paris, France, Ed. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997; Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien régime, Paris, CNRS, éd., 1998; Juan Luis Castellano, Jean-Pierre Dedieu et María Victoria López-Cordón (dir.), La pluma, la mitra y la espada: estudios de historia institucional en la Edad moderna, Madrid, Marcial Pons, 2000.

[5] Bartolomé Clavero, Antidora: antropología católica de la economía moderna, Milano, Giuffrè, 1991; Jean-Pierre Dedieu, Après le roi : essai sur l’effondrement de la monarchie espagnole, Madrid: Casa de Velázquez, 2010.

[6] Óscar Mazín Gómez, Gestores de la Real Justicia: procuradores y agentes de las catedrales hispanas nuevas en la Corte de Madrid, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2007; Mireille Peytavin, Visite et gouvernement dans le royaume de Naples: XVIe-XVIIe siècles, Madrid, Casa de Velázquez, 2003.

[7] . Tamar Herzog, Rendre la justice à Quito: 1650-1750, Paris: l’Harmattan, 2001; Jean-Paul Zuñiga, Espagnols d’outre-mer: émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili, au XVIIe siècle. Recherches d’histoire et de sciences sociales, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002; Nuno Camarinhas,. Les magistrats et l’administration de la justice: le Portugal et son empire colonial, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2012 ; Jean-Frédéric Schaub, L’île aux mariés: les Açores entre deux empires (1583-1642), Madrid, Casa de Velázquez, 2014.

[8] . Sur la pertinence de l’étude des empires pour l’histoire, cf. Burbank, Jane et Cooper, Frederick, Empires : de la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011. Pour le cas hispanique, Zuñiga, Jean-Paul, « L’histoire impériale à l’heure de l’‘histoire globale’. Une perspective atlantique », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, tome 54, n°4 bis, 2007, p. 54-68.

[9] Everett Cherrington Hughes, Le regard sociologique: essais choisis, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996, pp. 175-185.


Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *